La lueur du soleil vous rend romantique. Quoi de mieux que de tomber amoureux l’été, cette période où l’on prend des vacances, on respire, tout en espérant profiter au maximum du beau temps. Et pourtant… les beaux jours peuvent souvent provoquer bien des catastrophes et faire foirer des débuts de relation. Exemples en trois temps.

 

Celui qu’on rencontre avant ses vacances

 gay ete love

Le parfait premier rendez-vous, le goût de l’évidence. Il vous plaît, vous le voulez. Mais voilà, dans une semaine, il part à l’étranger pour trois semaines. Les derniers jours passés à se bombarder de textos ou à se voir en mode passion caliente vont laisser place au silence. Au mieux un peu de Whatsapp ou de Facebook. Mais en vacances, on coupe. S’il part en famille ou avec des amis, vous n’avez plus qu’à attendre en espérant que la distance ne fera qu’amplifier les sentiments. Mais vous le savez, loin des yeux loin du cœur, surtout quand on a encore accès à son téléphone ou son ordinateur. Il suffit d’un clic pour qu’il en rencontre un autre et vous oublie. On ne parle même pas du risque encore plus fort s’il a décidé de voyager seul.

 

Votre relation commençait bien, elle risque d’exploser en plein vol. Le moment du retour sera fatidique. Bonjour l’angoisse et la prise de tête.

 

Celui qu’on rencontre pendant ses vacances

 amour gay ete

Ah l’amour de vacances… On oublie tout, on est détendu, on profite, on fait la fête, on découvre et se perd dans une ville inconnue. Et puis arrive le bel inconnu, avec un accent c’est encore meilleur. C’est chaud, vous êtes plus que jamais dans l’instant, vous vivez la chose à fond. Parfum de passion qui se transforme vite en appréhension : le temps est compté, bientôt la fin du séjour, ce ne sera peut-être plus qu’un doux rêve.

 

Si certains arrivent à cultiver un amour de vacances en le transformant en amour longue distance, beaucoup s’y cassent les dents. L’exaltation peut vite laisser place à une terrible nostalgie.

 

Celui qu’on rencontre après ses vacances

 

Déjà il y a le cas de figure du mec qui ne se remet pas de son aventure de vacances et qui va faire de vous un « garçon pansement » pour oublier cette amourette impossible. Mais quand on rentre de voyage, on est aussi détendu, vidé… avant de se retrouver pris dans la spirale de la reprise. Souvent, en rentrant de congés, on a un peu la tête ailleurs et on ne se sent pas prêt pour se caser…

 

Bref, qui a dit que l’automne était déprimant ? Sous la pluie, il pourrait peut-être y avoir bien des promesses…