0% lu

Le premier arbitre de football ouvertement gay en Espagne est sous protection policière après avoir reçu des menaces de mort suite à son retour sur le terrain cette semaine.

En effet, l’année dernière, Jesus Tomillero a fait son coming-out en postant une photo de son petit copain et lui-même sur Instagram avec pour légende « c’est là que commence mon bonheur ».

Mais il a dû démissionner après avoir expérimenté des humiliations homophobes répétées de la part des autres clubs de football et des supporters. On l’appelait notamment régulièrement « l’arbitre pédé ».

Fort heureusement, beaucoup de monde lui ont apporté son soutien public sur les réseaux sociaux et Tomillero s’est finalement décidé à revenir dans le monde du football.
Cependant, deux jours après son retour dans son club andalou de seconde division, il a encore dû vivre l’homophobie qui règne dans ce milieu sportif.

Le samedi 10 septembre, un supporter a crié « démissionne, sale pédé » après qu’il ait sifflé un pénalty pendant un match.

« J’ai dit à l’arbitre assistant que je suspendrais le match tant que le supporter en question n’était pas expulsé du stade. Il a effectivement été expulsé, mais il est revenu plus tard et a continué de m’insulter », a dit Jesus Tomillero à un journal espagnol.
A la fin du match, il a relayé l’information sur Twitter, et c’est là que sont arrivées les menaces de mort.

Entre autre « Espèce de fils de pute. Tu joues avec le club. On va te tuer avec le sida, espèce de pédé » ou encore une photo d’un cadavre avec pour légende « les chefs ne sont pas contents, ils n’aiment pas trop les pédés sur leurs terrains : démissionne ou crève. »

Le jeune arbitre de 21 ans a aussi reçu ce message (traduction : pédé, tu vas pas vivre longtemps)

spain

 

Tomillero est maintenant sous protection policière. Il a dit que la police recherchait les auteurs de ces menaces de mort dans toute l’Espagne. Il a aussi expliqué ne pas être tranquille malgré les officiers de police qui patrouillent 24 heures sur 24 devant sa maison.

Malgré le harcèlement constant, Tomillero a déclaré ne pas vouloir céder : il ne démissionnera pas.

Nous lui souhaitons bien du courage.

Chargement...
Chargement...