Le sexe gay reste un crime en Inde, et la peine peut aller jusqu’à 10 ans de prison !

Des centaines d’activistes et leurs alliés ont marché dans les rues de la capitale indienne ce week-end pour célébrer la marche des fiertés annuelle du pays.

Rappelons qu’en 2009, une ancienne loi coloniale qui était utilisée à l’encontre des homosexuels a été jugée inconstitutionnelle. Cependant, ce jugement a été annulé en 2013, alors que la Court Suprême du pays décidait que ce changement de loi aurait dû passer par le parlement et non pas par la justice.

Qu’en est-il, alors, aujourd’hui ?
Et bien c’est simple : les hommes accusés d’avoir eu un rapport sexuel consentant avec un autre hommes risquent jusqu’à 10 ans de prison.

C’est en cela que la marche des fiertés indienne reste extrêmement importante. Les activistes présents sont là pour lutter pour des droits égaux. Ils nous rappellent aussi que rien n’est acquis, comme l’a dit l’un des participants à un journal local :
« Il y a eu beaucoup de changement, mais nous avons aussi fait des retours en arrière. »

Le premier ministre indien n’hésite pas à se montrer très offensive face aux droits LGBT. Son parti décrit même les homosexuels comme étant « anti-indiens ».

Heureusement, de grandes pointures de la politique indienne ont fait leur coming out public afin de supporter la décriminalisation du sexe gay.

Alors, malgré un combat pour des mêmes droits qui est loin d’être terminé, la communauté LGBT de Dehli est sortie, ce week-end, et a célébré sa fierté en colorant les rues de la capitale.

Voici quelques images et vidéos :

Possibly the cutest guys at #delhipride #delhigram #respect #equality #LGBTQ #India #march #protest

Une photo publiée par Ruth Pollard (@ruth.pollard) le

Yet another colourful day in #Delhi! #delhipride #pride #mittindien

Une vidéo publiée par Julia Wiræus (@juliawiraeus) le