En France comme ailleurs, il existe des milliers de garçons qui rêvent d’avoir un corps sculpté comme ces mâles sur les couvertures des magazines gays. Sauf qu’en fait, le sport, ça n’est pas trop leur truc. Et puis l’été arrive et on se dit que ça craint quand même de trimballer sa brioche sur la plage. On se motive, on s’inscrit à la salle de sport la plus proche, on y croit. Et puis la vie de tous les jours nous rattrape, on a pris un abonnement à l’année et les mois défilent sans qu’on ne mette le petit pied sur le tapis de gym. Pourquoi n’arrivons-nous pas à trouver la force de rejoindre le camp des gym queens et comment essayer de se (re)booster ?

 

« Au bout d’un moment c’est comme une drogue »

 sport gay

Vous avez forcément croisé un mec sportif qui vous a expliqué, plein d’assurance, qu’au départ il était comme vous, la salle de gym ou les activités sportives, ce n’était pas son truc mais dès qu’il s’y est mis sérieusement il est devenu accro. Vous avez essayé mais vous n’avez jamais ressenti ce déclic. La soirée télé avec une pizza vous fait plus rêver que de transpirer sur votre vélo. Du coup, vous vous dites que vous n’avez pas le mental, que ça ne doit pas être pour vous, que tant pis c’est comme ça et vous laissez tomber.

 

Soyons réalistes : l’effort sportif c’est de la douleur et non ce n’est pas particulièrement agréable. Pour tenter de passer outre cette épreuve physique, armez-vous par exemple de musique. Etablissez une playlist punchy, faites-vous une liste d’albums que vous avez envie d’écouter, mettez votre casque et allez-y. L’avantage de la musique, c’est qu’elle occupe l’esprit et vous ne vous retrouverez pas les yeux rivés sur le compteur à vous dire « Putain, encore 5 minutes à tenir, je n’en peux plus ! ».

 

« Work bitch ! »

sport gay 3 

Depuis toujours, on vante la camaraderie des athlètes, les valeurs du sport. Mais vous vous sentez comme exclu de ce monde. En allant au club, vous avez l’impression d’être un extraterrestre, de faire tâche au milieu de tous ces gars biens foutus qui connaissent les machines à la perfection et qui peuvent s’entraîner deux heures sans sourciller alors que vous avez déjà envie de lâcher l’affaire sur votre tapis à vitesse moyenne. La tentation de se dire qu’on ne fait pas le poids, qu’on n’y arrivera jamais…

 

Souvent, les salles disposent de miroirs. Ce n’est pas un hasard. Vous avez dix kilos à perdre, vous voulez arrêter d’être mou : osez vous confronter à vous-même ! Chaque soir, mettez-vous nu devant votre glace et dites-vous que ce corps va changer ! Une fois au club, scrutez-vous pendant l’effort. On est bien d’accord : ces beaufs qui font des selfies en mettant « No pain no gain » nous fatiguent. Mais ils n’ont pas si tord dans le fond : il faut se challenger, déclarer la guerre aux bourrelets, se pousser à être un guerrier pour ne pas perdre sa détermination. Seuls les assidus parviennent à des résultats. A vous de trouver le mental qui vous empêchera d’abdiquer.

 

« Je me sens vidé »

 sport gay 2

La première raison qui fait qu’on ne va pas au sport, c’est la paresse. Nous avons tous un quotidien de plus en plus speed, harassant, et quand la journée de boulot ou les courses du week end se terminent, on en vient facilement à la conclusion qu’on mérite du repos et qu’on ne va pas encore aller se défoncer au sport.

 

Pas de secret : il faut se forcer ! Et en se poussant, on finit par être content quand après une journée stressante on ressort de la salle « vidé », dans un état presque second après s’être dépensé. Le sport est un défouloir, un excellent remède anti stress. Ca calme, ça vide la tête et vous serez ravis de rentrer chez vous avec la sensation d’être étonnamment plus apaisé.

 

Ces différents points ne vous ont pas convaincu ? On ne vous jettera pas la première pierre : on le sait, c’est difficile de se motiver. A vous de trouver la force intérieure ! Good luck  😉